Dans Un cas pour deux sur France 3

« …- C. Gaessler : François Hollande avait promis des vendredi soir une riposte « impitoyable ». On a appris ce matin que des frappes aériennes ont eu lieu en Syrie, au nord du pays, à Raqqa. On a touché des centres d’entraînement et d’approvisionnement en armes… – Les Rafale de l’armée française et les Mirage basés en Jordanie s’alignent sur la piste. Sous leur ailes, les bombes qui vont être larguées. Décollage pleine puissance, les chasseurs s’envolent les uns apres les autres. Jamais la France n’avait opéré un raid aussi massif depuis le début des frappes, le 27 septembre. Quasi simultanément, d’autres avions décollent de la base d’Abu Dhabi, aux Emirats arabes unis. En tout, 10 appareils sont engagés, direction Raqqa, en Syrie. Ils partent détruire un poste de commandement de Daesh, un centre de recrutement, un camp d’entraînement, un dépôt d’armes et de munitions. Vingt bombes vont être larguées. – C’est la première fois que l’ensemble des avions sur le théâtre frappent en même temps. C’est pour frapper les commanditaires de la terrible soirée du vendredi 13 novembre. – La France invoque la légitime défense. – On ne peut pas se laisser attaquer, et durement, vous avez vu les drames qui se sont passés à Paris, sans être actif. – Cela va se poursuivre. Nous allons agir sur tous les fronts pour détruire Daesh. – En décembre, le porte-avions « Charles-de-Gaulle » sera déployé dans le Golfe. a été accueilli par Manuel Valls, Gérard Larcher et Claude Bartolone…. »
« …Réponse dans un peu plus d’une heure. – C. Gaessler : On dit que le président de la République a peaufiné son discours jusqu’à la dernière minute… – M. Dumoret : Dès la nuit de vendredi à samedi, enfermé à l’Elysée avec Manuel Valls, Christiane Taubira, Bernard Cazeneuve, il a commencé à entrevoir tout ce qui s’était Aujourd’hui, la réponse sécuritaire importe davantage que le message On sent bien que l’esprit du 11 janvier n’est pas tout à fait le même que celui du 13 novembre. Ce qu’attendent les Français, ce sont des réponses techniques et précises sur ce qu’il faut faire. – C. Gaessler : Rassurer une opinion publique qui se sent très vulnérable, finalement… – M. Dumoret : Oui. Les prises de décision, l’état d’urgence, les contrôles aux frontières, le discours de Manuel Valls, très ferme… Tout ça devra passer ensuite par une loi. Il y avait eu la loi renseignement, controversée au sein de la gauche, là, l’unité va peut-être se fissurer. – C. Gaessler : C’est peut-être le discours le plus important dans le quinquennat de François Hollande? Il doit arriver d’un instant a l’autre. On me dit qu’il est arrivé. On va montrer les images… Gérard Larcher, Claude Bartolone, Manuel Valls…… »