Dans Tous en bleu sur TF1

« …- H. Lloris : Le match d’une vie, je ne sais pas, mais dans une carrière, c’est le genre de match qui compte. Le fait de pouvoir disputer une demi-finale d’une grande compétition, ça rajoute encore plus d’excitation. Mais par rapport à tout ça, les joueurs sont assez sereins, calmes et préparent le match de la meilleure des façons. Merci. – D. Brogniart : Le stade Vélodrome est en train, petit à petit, de se remplir avec les maillots, les drapeaux bleus, blancs, rouges. On aime bien s’intéresser à la famille des joueurs. Christophe Abel est avec la famille de Blaise Matuidi. – C. Abel : Les soeurs de Blaise sont un peu stressées. Adeline, dans quel état d’esprit vous êtes ? – On est contentes, déjà. Tout est bénéfique. On a dépassé les objectifs, on est en demi-finale et on sait qu’on va gagner. On est confiantes. Mon frère est au taquet, on va gagner. Ne vous inquiétez pas, on va aller en finale et battre le Portugal. – C. Abel : Vous avez eu votre frère aujourd’hui ? Qu’avez-vous échangé – Je l’ai eu au téléphone. Il était content que la famille soit là. Que des mots rassurants. On essaie de le motiver et de l’encourager. – C. Abel : Ça donne quoi quand vous encouragez Blaise ? – D. Brogniart : Attention, il y a une soeur de Blaise Matuidi qui a failli prendre votre micro…. »
« …- H. Lloris : C’est important de croire en nous, en nos forces, pour réaliser un exploit ensemble. – D. Brogniart : Vous étiez gardien de but lors de la dernière défaite officielle face à l’Allemagne. Qu’est-ce qui a changé ? – H. Lloris : C’est de l’expérience, ça permet d’avoir des bases. Les joueurs ont évolué en club. On sent qu’on est en train de gagner en maturité. Il y a l’obstacle allemand, mais on sera prêts pour relever le défi. – D. Brogniart : Il y a un apport extraordinaire du public. Il y a un engouement extraordinaire dans le – H. Lloris : Quels que soient les stades où on a évolué, on a cette ferveur et cet amour pour le footbaIl français. Le Vélodrome est un stade unique. J’espère que ça nous amènera ce petit plus dont on a besoin pour franchir l’obstacle allemand. – D. Brogniart : C’est vraiment le match de votre vie face à l’Allemagne ? – H. Lloris : Le match d’une vie, je ne sais pas, mais dans une carrière, c’est le genre de match qui compte. Le fait de pouvoir disputer une demi-finale d’une grande compétition, ça rajoute encore plus d’excitation. Mais par rapport à tout ça, les joueurs sont assez sereins, calmes et préparent le match de la meilleure des façons. Merci. – D. Brogniart : Le stade Vélodrome est en train, petit à petit, de se remplir avec les maillots, les drapeaux bleus, blancs, rouges. On aime bien s’intéresser à la famille des joueurs. Christophe Abel est avec la famille de Blaise Matuidi…. »