No Picture

Dans Canal Football Club 1re partie sur Canal+

February 28, 2016 alphapro 0

“…4 défaites et beaucoup de buts -J’ai pas calculé. Ça finit par être un peu vexant. Et quand on sait que Lyon devra se passer de Valbuena et de Tolisso… -C’est effrayant. -Place aux progrès de Nabil Fékir. – Ça fait du bien. J’ai des bonnes sensations. -Ce **Son retour est prévu début avril. Nabil touche du bois. A Reims, le coach et trois joueurs avaient rendez-vous avec les étudiants de Sciences-po. Il y avait de quoi avoir la pression. -Pas anxieux. -On va pas galérer. -Ils ont pu parler de leur métier sans fautes de français. -Je suis pas surpris. On a des garçons intelligents. -Aucune faute de français ou presque. -Il y a beaucoup de sportifs qui ont des gestes ”spiritueux”. -Spiritueux… . -Ils ont hésité. -L’info en bref. Elimination de Saint-Etienne en 16e de finale de la Ligue Europa. -C’est rageant. On a envie de tout casser dans le vestiaire. -C’est l’élimination de Marseille en Et c’est le triste bilan des clubs français en Coupe d’Europe. -Sur les 6 équipes qualifiées, il ne reste que le grand PSG. -Place à la séquence “ûu’ont fait les Parisiens? “. David Luiz a fait un bowling….”

No Picture

Dans Rugby sur France 4

February 28, 2016 alphapro 0

“…On devrait pouvoirjouer. – S. M. : A priori, il y a une arcade. On attend que le joueur revienne en jeu pourjouer cette touche. – H. A. : Il lui reste les yeux ? Ça ne doit pas être facile. Le lancer est important pour Peato Mauvaka. – S. M. : On est allés au-delà de la ligne des 15m. – H. A. : Il y a -H.A.:llyadu – H. A. : Il y a du culot du côté des Français. Il va en falloir à Anthony Belleau. Il y a un peu de difficulté pour Keelan Giles. – S. M. : Ça nous a laissé le temps de monter pour assurer ce plaquage. Belle montée. Il faut assurer ces plaquages et vite mettre les Gallois au sol. – H. A. : Il ne faut pas se consommer dans la défense. Il y a un Français de moins et il faut être sérieux. C’est un peu long pour le contre. – S. M. : On laisse les Gallois sous pression. On est toujours dans la partie. On leur montre qu’on peut être dangereux. Ça va finir par les faire douter. – H. A. : Le contrôle au pied etait moins bien que Lionel Messi….”

No Picture

Dans New York, section criminelle sur TMC

February 27, 2016 alphapro 0

“…. Murtaza est un enfant afghan de 5 ans et il est fan du footballeur du FC Barcelone Lionel Messi. Il avait provoqué, souvenez-vous, l’émoi, en se bricolant un maillo…”
“…Il a reçu de Lionel Messi deux maillots, des vrais, dédicacés par le joueur, l’un aux cou…”

No Picture

Dans Canal Football Club 2e partie sur Canal+

February 22, 2016 alphapro 0

“…Prendre un but sur une phase arrêtée comme ça, on ne doit pas prendre ça. -Angel Di Maria est remplacé par Lucas. Comment Paris va-t-il réagir? Réponse d’Ibra. -C’est contré en 2 temps. ûuand Paris ne va pas, Zlatan est -Avec Ibrahimovic, du bout du pied. Il marque, il donne. -Buteur déjà face à Chelsea, Cavani enchaîne et Paris s’échappe. -On a poussé. -Dès qu’on veut accélérer, on est quand même assez difficiles à arrêter. -lnarrêtables à l’image de Zlatan. Il a énormément participé à l’élaboration du jeu. Il a déstructuré totalement le milieu rémois. Trio aspiré ici par un Ibrahimovic meneur de jeu en quelque sorte. Du coup, Edinson Cavani a pu demander dans l’axe. Une organisation totalement maîtrisée avec Ibrahimovic pour chef d’orchestre. -Il est indispensable. -3 buts à 1 à la pause. Marco Verratti cède sa place. Il est remplacé par Blaise Matuidi….”

No Picture

Dans C à vous la suite sur France 5

February 16, 2016 alphapro 0

“…- M.Bentalha: J’ai fini d’écrire mon premier film. J’aimerais traiter de la téléréalité en comédie. Je trouve que c’est un sujet inépuisable. Mon 1er boulot, c’est la scène. J’aimerais revenir avec un 2e spectacle. – Pierre: J’ai devant moi 2 fans Je vous passe les écharpes. On va faire une interview fans – M.Bentalha: Je passe un bonjour à un ami qui me regarde, qui joue demain contre le PSG et qui s’appelle E.Hazard. – Pierre: Il joue avec Chelsea. – M.Cymes: Et il va perdre demain. – Pierre: Ça va être une question de rapidité. Celui qui perd devra porter le maillot de l’OM de SMandanda. – M.Cymes: Du moment qu’on ne doit pas le porter demain au Parc des Princes… – Pierre: 1re question. Quel est le joueur du PSG qui porte le numéro 5? – M.Bentalha: Marquinhos. – Pierre: Qui est le meilleur buteur de l’histoire du PSG? – M.Cymes: Pauleta? Pardon, c’est Z.lbrahimovic. – Pierre: Quel joueur jouera contre ses anciens coéquipiers? – M.Bentalha: D.Luiz….”

No Picture

Dans 50mn Inside sur TF1

February 7, 2016 alphapro 0

“…ilm et de nombreuses personnalités se sont deplacees. Clémentine Cèlariè, mais aussi Blaise Matuidi, Harry Roselmack ou le groupe Sexion d’Assaut. Contrairement aux a…”

No Picture

Dans Made in Groland sur Canal+

February 7, 2016 alphapro 0

“…-Bonjoir. En début de saison, je vous avais présenté l’émission avec une coiffe bretonne. Mais il y a de nouveaux changements dans le capital de Vivendi. J’ai pris les devants. Lendi, l’info principale de ce JT Groland et ûatar, ça a été les conséquences de ce match PSG-Toulouse de la semaine A la dernière minute de la demi-finale de la Coupe de la Ligue, le défenseur brésilien se blessait au genou droit. Nous n’avons pas vu le reste. Retour sur ce moment de folie avec une nouvelle rubrique: Dans les fefesses de l’info. -Nous sommes dans les arrêts de jeu. David Luiz est au sol. Dans les gradins, c’est la consternation. David Luiz, c’est 800 ÛÛÛ euros par Pendant que les soigneurs s’affairent autour de David Luiz, les ûataris lancent dans la minute la construction d’un hôpital spécialisé dans la construction des genoux droits. 2 minutes plus tard, depuis la porte de Saint-Cloud, le PSG envoie une fusée pour aller chercher des ligaments croisés à Pékin. L’entraîneur Laurent Blanc est allé chercher 3 baguettes de pain, on ne sait pas pourquoi. Enfin si. David Luiz, c’est 889 euros la minute. On peut être nerveux. 3 minutes sont passées. Les ûataris envoient un obus contenant les analyses de sueur sur l’hôpital de Clamart. Dans la forêt de Meudon, un bûcheron coupe un arbre pour laisser passer l’obus. seconde. Après la blessure, le défenseur se relève, boite, mais ça va. Le PSG fait tirer un feu d’artifice à New York pour prévenir le monde entier que David Luiz est debout….”
“…-Bonjoir. En début de saison, je vous avais présenté l’émission avec une coiffe bretonne. Mais il y a de nouveaux changements dans le capital de Vivendi. J’ai pris les devants. Lendi, l’info principale de ce JT Groland et ûatar, ça a été les conséquences de ce match PSG-Toulouse de la semaine A la dernière minute de la demi-finale de la Coupe de la Ligue, le défenseur brésilien se blessait au genou droit. Nous n’avons pas vu le reste. Retour sur ce moment de folie avec une nouvelle rubrique: Dans les fefesses de l’info. -Nous sommes dans les arrêts de jeu. David Luiz est au sol. Dans les gradins, c’est la consternation. David Luiz, c’est 800 ÛÛÛ euros par Pendant que les soigneurs s’affairent autour de David Luiz, les ûataris lancent dans la minute la construction d’un hôpital spécialisé dans la construction des genoux droits. 2 minutes plus tard, depuis la porte de Saint-Cloud, le PSG envoie une fusée pour aller chercher des ligaments croisés à Pékin. L’entraîneur Laurent Blanc est allé chercher 3 baguettes de pain, on ne sait pas pourquoi. Enfin si. David Luiz, c’est 889 euros la minute….”
“…Générique. -Bonjoir. En début de saison, je vous avais présenté l’émission avec une coiffe bretonne. Mais il y a de nouveaux changements dans le capital de Vivendi. J’ai pris les devants. Lendi, l’info principale de ce JT Groland et ûatar, ça a été les conséquences de ce match PSG-Toulouse de la semaine A la dernière minute de la demi-finale de la Coupe de la Ligue, le défenseur brésilien se blessait au genou droit. Nous n’avons pas vu le reste. Retour sur ce moment de folie avec une nouvelle rubrique: Dans les fefesses de l’info. -Nous sommes dans les arrêts de jeu. David Luiz est au sol. Dans les gradins, c’est la consternation. David Luiz, c’est 800 ÛÛÛ euros par Pendant que les soigneurs s’affairent autour de David Luiz, les ûataris lancent dans la minute la construction d’un hôpital spécialisé dans la construction des genoux droits….”
“…Générique. -Bonjoir. En début de saison, je vous avais présenté l’émission avec une coiffe bretonne. Mais il y a de nouveaux changements dans le capital de Vivendi. J’ai pris les devants. Lendi, l’info principale de ce JT Groland et ûatar, ça a été les conséquences de ce match PSG-Toulouse de la semaine A la dernière minute de la demi-finale de la Coupe de la Ligue, le défenseur brésilien se blessait au genou droit. Nous n’avons pas vu le reste. Retour sur ce moment de folie avec une nouvelle rubrique: Dans les fefesses de l’info. -Nous sommes dans les arrêts de jeu. David Luiz est au sol. Dans les gradins, c’est la consternation. David Luiz, c’est 800 ÛÛÛ euros par Pendant que les soigneurs s’affairent autour de David Luiz, les ûataris lancent dans la minute la construction d’un hôpital spécialisé dans la construction des genoux droits….”
“…Générique. -Bonjoir. En début de saison, je vous avais présenté l’émission avec une coiffe bretonne. Mais il y a de nouveaux changements dans le capital de Vivendi. J’ai pris les devants. Lendi, l’info principale de ce JT Groland et ûatar, ça a été les conséquences de ce match PSG-Toulouse de la semaine A la dernière minute de la demi-finale de la Coupe de la Ligue, le défenseur brésilien se blessait au genou droit. Nous n’avons pas vu le reste. Retour sur ce moment de folie avec une nouvelle rubrique: Dans les fefesses de l’info. -Nous sommes dans les arrêts de jeu. David Luiz est au sol….”

No Picture

Dans Le JT du Grand Journal sur Canal+

February 2, 2016 alphapro 0

“…L’autre priorité est la lutte contre le chômage. L’ancien ministre du Travail que j’ai été peut vous dire que c’est l’un des facteurs de l’absence de cohésion de notre pays. ûuand vous êtes dans des territoires où il y a des taux de chômage de 15 à 20 % ou dans des quartiers où il y a plus d’1 jeune sur 3 au chômage, parfois plus, parfois 50 %, vous vous dites que là est la vraie urgence. Maïtena Biraben: Nous sommes tous d’accord mais j’imagine que vous n’avez pas de solution miracle. Gérard Larcher: La seule solution miracle, c’est la croissance, retrouver la confiance entre l’entreprise, le gouvernement et les Français. Maïtena Biraben: Hier, François Hollande a gracié partiellement Jacqueline Sauvage. Elle reste coupable aux yeux de la justice mais sa peine est amoindrie. ûuel est le message envoyé aux femmes battues? Gérard Larcher: C’est une décision sage. Nous devons prendre conscience que nous devons impliquer l’ensemble des textes qui protègent les femmes vis-à-vis de toutes les formes de violence. Nous sommes dans une démocratie où chacun doit se respecter. En même temps, ça m’ouvre sur ce qu’est la Constitution de la Ve République. J’ai toujours défendu le principe de la grâce présidentielle. Certains ont dit que c’était le souvenir de la monarchie. C’est un élément de souplesse. ûuand le général De Gaulle a voulu la maintenir, c’était bien pour donner cette respiration notre vie quotidienne. Dans des événements graves. Maïtena Biraben: Vous avez préparé pour la France la visite d’Hassan Rohani la semaine dernière. Ce soir, c’est Raul Castro qui est reçu à l’Elysée. Avec lequel des 2 êtes-vous le plus Gérard Larcher: Je suis à l’aise avec les 2 à un certain nombre de conditions….”
“…Dans ce livre, elle trouve que le président est dans le dialogue avec la droite très largement à la hauteur. Et vous? Gérard Larcher: Il a été à la hauteur dans les événements dramatiques qu’on a vécus. J’ai partagé avec lui janvier, et moins partagé novembre, mais nous nous voyons régulièrement. Notre préoccupation commune est la sécurité des Français et la lutte contre le terrorisme. Maïtena Biraben: Est-ce que la droite est à la hauteur? Gérard Larcher: Dans les responsabilités qui sont les miennes, je pense que oui. Le dialogue a été à la hauteur. Maïtena Biraben: Je pourrais vous poser encore une bonne dizaine de questions à ce sujet mais nous ne parlerions pas d’autre chose. Est-ce que la déchéance de nationalité est la priorité? Gérard Larcher: La vraie priorité est la sécurité des Français. L’autre priorité est la lutte contre le chômage. L’ancien ministre du Travail que j’ai été peut vous dire que c’est l’un des facteurs de l’absence de cohésion de notre pays. ûuand vous êtes dans des territoires où il y a des taux de chômage de 15 à 20 % ou dans des quartiers où il y a plus d’1 jeune sur 3 au chômage, parfois plus, parfois 50 %, vous vous dites que là est la vraie urgence. Maïtena Biraben: Nous sommes tous d’accord mais j’imagine que vous n’avez pas de solution miracle. Gérard Larcher: La seule solution miracle, c’est la croissance, retrouver la confiance entre l’entreprise, le gouvernement et les Français. Maïtena Biraben: Hier, François Hollande a gracié partiellement Jacqueline Sauvage. Elle reste coupable aux yeux de la justice mais sa peine est amoindrie. ûuel est le message envoyé aux femmes battues? Gérard Larcher: C’est une décision sage….”
“…Ou l’accord puis la consultation du congrès ou la consultation des Français par référendum. Maïtena Biraben: Vous êtes prêts à faire durer combien de temps? Gérard Larcher: Je pense que la navette va être à la main du gouvernement. Le sujet, c’est est-ce que nous pouvons converger? Maïtena Biraben: Christiane Taubira n’est pas la meilleure amie de François Hollande. Dans ce livre, elle trouve que le président est dans le dialogue avec la droite très largement à la hauteur. Et vous? Gérard Larcher: Il a été à la hauteur dans les événements dramatiques qu’on a vécus. J’ai partagé avec lui janvier, et moins partagé novembre, mais nous nous voyons régulièrement. Notre préoccupation commune est la sécurité des Français et la lutte contre le terrorisme. Maïtena Biraben: Est-ce que la droite est à la hauteur? Gérard Larcher: Dans les responsabilités qui sont les miennes, je pense que oui. Le dialogue a été à la hauteur. Maïtena Biraben: Je pourrais vous poser encore une bonne dizaine de questions à ce sujet mais nous ne parlerions pas d’autre chose. Est-ce que la déchéance de nationalité est la priorité? Gérard Larcher: La vraie priorité est la sécurité des Français. L’autre priorité est la lutte contre le chômage. L’ancien ministre du Travail que j’ai été peut vous dire que c’est l’un des facteurs de l’absence de cohésion de notre pays. ûuand vous êtes dans des territoires où il y a des taux de chômage de 15 à 20 % ou dans des quartiers où il y a plus d’1 jeune sur 3 au chômage, parfois plus, parfois 50 %, vous vous dites que là est la vraie urgence. Maïtena Biraben: Nous sommes tous d’accord mais j’imagine que vous n’avez pas de solution miracle. Gérard Larcher: La seule solution miracle, c’est la croissance, retrouver la confiance entre l’entreprise, le gouvernement et les Français….”
“…Comment mieux assurer la sécurité des Français en respectant les libertés et en luttant contre le terrorisme? Si on doit toucher la Constitution, il faut atteindre ces objectifs. Maïtena Biraben: Le texte sera sans doute différent après son passage au Sénat. Petite question technique. Il peut y avoir une commission parlementaire et la décision est prise par l’Assemblée nationale. Mais en cas de révision de la Constitution, il n’y a pas de limite de navette. Ça peut durer, durer… Gérard Larcher: C’est pas l’objectif. On a prévu 2 procédures. Ou l’accord puis la consultation du congrès ou la consultation des Français par référendum. Maïtena Biraben: Vous êtes prêts à faire durer combien de temps? Gérard Larcher: Je pense que la navette va être à la main du gouvernement. Le sujet, c’est est-ce que nous pouvons converger? Maïtena Biraben: Christiane Taubira n’est pas la meilleure amie de François Hollande. Dans ce livre, elle trouve que le président est dans le dialogue avec la droite très largement à la hauteur. Et vous? Gérard Larcher: Il a été à la hauteur dans les événements dramatiques qu’on a vécus. J’ai partagé avec lui janvier, et moins partagé novembre, mais nous nous voyons régulièrement. Notre préoccupation commune est la sécurité des Français et la lutte contre le terrorisme. Maïtena Biraben: Est-ce que la droite est à la hauteur? Gérard Larcher: Dans les responsabilités qui sont les miennes, je pense que oui. Le dialogue a été à la hauteur. Maïtena Biraben: Je pourrais vous poser encore une bonne dizaine de questions à ce sujet mais nous ne parlerions pas d’autre chose. Est-ce que la déchéance de nationalité est la priorité? Gérard Larcher: La vraie priorité est la sécurité des Français….”
“…Il faut revenir aux fondamentaux du texte. ûuel est l’objectif de la proposition de révision constitutionnelle? Comment mieux assurer la sécurité des Français en respectant les libertés et en luttant contre le terrorisme? Si on doit toucher la Constitution, il faut atteindre ces objectifs. Maïtena Biraben: Le texte sera sans doute différent après son passage au Sénat. Petite question technique. Il peut y avoir une commission parlementaire et la décision est prise par l’Assemblée nationale. Mais en cas de révision de la Constitution, il n’y a pas de limite de navette. Ça peut durer, durer… Gérard Larcher: C’est pas l’objectif. On a prévu 2 procédures. Ou l’accord puis la consultation du congrès ou la consultation des Français par référendum. Maïtena Biraben: Vous êtes prêts à faire durer combien de temps? Gérard Larcher: Je pense que la navette va être à la main du gouvernement. Le sujet, c’est est-ce que nous pouvons converger? Maïtena Biraben: Christiane Taubira n’est pas la meilleure amie de François Hollande. Dans ce livre, elle trouve que le président est dans le dialogue avec la droite très largement à la hauteur. Et vous? Gérard Larcher: Il a été à la hauteur dans les événements dramatiques qu’on a vécus. J’ai partagé avec lui janvier, et moins partagé novembre, mais nous nous voyons régulièrement. Notre préoccupation commune est la sécurité des Français et la lutte contre le terrorisme. Maïtena Biraben: Est-ce que la droite est à la hauteur? Gérard Larcher: Dans les responsabilités qui sont les miennes, je pense que oui….”
“…Il faut se méfier des lois de pulsion. Maïtena Biraben: Vous reprochez à François Hollande d’avoir fait du Nicolas Sarkozy? Gérard Larcher: Je reproche l’impulsion. Aujourd’hui, si on reste dans la confusion, je ne suis pas certain qu’il y aura un texte qui sortira du Sénat et qui permettra la réunion du congrès. Il faut revenir aux fondamentaux du texte. ûuel est l’objectif de la proposition de révision constitutionnelle? Comment mieux assurer la sécurité des Français en respectant les libertés et en luttant contre le terrorisme? Si on doit toucher la Constitution, il faut atteindre ces objectifs. Maïtena Biraben: Le texte sera sans doute différent après son passage au Sénat. Petite question technique. Il peut y avoir une commission parlementaire et la décision est prise par l’Assemblée nationale. Mais en cas de révision de la Constitution, il n’y a pas de limite de navette. Ça peut durer, durer… Gérard Larcher: C’est pas l’objectif. On a prévu 2 procédures. Ou l’accord puis la consultation du congrès ou la consultation des Français par référendum. Maïtena Biraben: Vous êtes prêts à faire durer combien de temps? Gérard Larcher: Je pense que la navette va être à la main du gouvernement. Le sujet, c’est est-ce que nous pouvons converger? Maïtena Biraben: Christiane Taubira n’est pas la meilleure amie de François Hollande. Dans ce livre, elle trouve que le président est dans le dialogue avec la droite très largement à la hauteur. Et vous? Gérard Larcher: Il a été à la hauteur dans les événements dramatiques qu’on a vécus….”
“…Gérard Larcher: Sauf que les annonces qui ont été faites ont été faites dans la pulsion, la précipitation. Il était logique de réunir un L’état d’urgence allait être soumis au Parlement. Mais est-ce qu’on décide en 3 jours de modifier la Constitution? Il faut se méfier des lois de pulsion. Maïtena Biraben: Vous reprochez à François Hollande d’avoir fait du Nicolas Sarkozy? Gérard Larcher: Je reproche l’impulsion. Aujourd’hui, si on reste dans la confusion, je ne suis pas certain qu’il y aura un texte qui sortira du Sénat et qui permettra la réunion du congrès. Il faut revenir aux fondamentaux du texte. ûuel est l’objectif de la proposition de révision constitutionnelle? Comment mieux assurer la sécurité des Français en respectant les libertés et en luttant contre le terrorisme? Si on doit toucher la Constitution, il faut atteindre ces objectifs. Maïtena Biraben: Le texte sera sans doute différent après son passage au Sénat. Petite question technique. Il peut y avoir une commission parlementaire et la décision est prise par l’Assemblée nationale. Mais en cas de révision de la Constitution, il n’y a pas de limite de navette. Ça peut durer, durer… Gérard Larcher: C’est pas l’objectif. On a prévu 2 procédures. Ou l’accord puis la consultation du congrès ou la consultation des Français par référendum. Maïtena Biraben: Vous êtes prêts à faire durer combien de temps? Gérard Larcher: Je pense que la navette va être à la main du gouvernement….”
“…Regardez ce qu’il se passe. La confusion dans laquelle nous sommes. Ça suffit, cette confusion. jours après les attentats. extraordinairement solennel. Gérard Larcher: Sauf que les annonces qui ont été faites ont été faites dans la pulsion, la précipitation. Il était logique de réunir un L’état d’urgence allait être soumis au Parlement. Mais est-ce qu’on décide en 3 jours de modifier la Constitution? Il faut se méfier des lois de pulsion. Maïtena Biraben: Vous reprochez à François Hollande d’avoir fait du Nicolas Sarkozy? Gérard Larcher: Je reproche l’impulsion. Aujourd’hui, si on reste dans la confusion, je ne suis pas certain qu’il y aura un texte qui sortira du Sénat et qui permettra la réunion du congrès. Il faut revenir aux fondamentaux du texte. ûuel est l’objectif de la proposition de révision constitutionnelle? Comment mieux assurer la sécurité des Français en respectant les libertés et en luttant contre le terrorisme? Si on doit toucher la Constitution, il faut atteindre ces objectifs. Maïtena Biraben: Le texte sera sans doute différent après son passage au Sénat. Petite question technique. Il peut y avoir une commission parlementaire et la décision est prise par l’Assemblée nationale. Mais en cas de révision de la Constitution, il n’y a pas de limite de navette. Ça peut durer, durer… Gérard Larcher: C’est pas l’objectif….”
“…J’ai un livre par semaine en ce Il a dû être écrit en 3 jours et imprimé ailleurs. Je l’attends. Maïtena Biraben: Je vous l’offre. C’est la charge de Christiane Taubira contre la déchéance de nationalité. Utilité nulle, symbolique catastrophique. Vous n’êtes pas loin d’être d’accord. Gérard Larcher: Je pense que son départ était logique. Il aurait dû avoir lieu plus tôt. Je n’ai pas aimé la scénarisation du départ, l’addition du vélo, le livre aujourd’hui… Nos citoyens ont envie que nous, politiques, on se comporte autrement. Maïtena Biraben: [m’est-ce que vous lui reprochez? Gérard Larcher: Le spectacle. Il faut y faire attention. Maïtena Biraben: Vous avez eu des mots très durs à l’égard du président de la République. Lors de la conférence de presse au Sénat, vous avez dit ça. représentation théâtrale. Regardez ce qu’il se passe. La confusion dans laquelle nous sommes. Ça suffit, cette confusion. jours après les attentats. extraordinairement solennel. Gérard Larcher: Sauf que les annonces qui ont été faites ont été faites dans la pulsion, la précipitation. Il était logique de réunir un L’état d’urgence allait être soumis au Parlement. Mais est-ce qu’on décide en 3 jours de modifier la Constitution? Il faut se méfier des lois de pulsion. Maïtena Biraben: Vous reprochez à François Hollande d’avoir fait du Nicolas Sarkozy? Gérard Larcher: Je reproche l’impulsion….”
“…Victor Robert: Ça me fait plaisir de t’avoir vue. Maïtena Biraben: De nous annoncer qu’on aura un temps dégoûtant. Bonne soirée. Le texte sur la déchéance de nationalité arrive à l’Assemblée nationale au mois de mars. Il est bien décidé à peser sur le texte quitte à faire durer la navette. Gérard Larcher est mon invité. Merci d’être avec nous. Vous êtes venu avec vos dossiers, comme d’habitude. Vous avez déjà reçu ”Murmures à la jeunesse”? Gérard Larcher: Pas encore. J’ai un livre par semaine en ce Il a dû être écrit en 3 jours et imprimé ailleurs. Je l’attends. Maïtena Biraben: Je vous l’offre. C’est la charge de Christiane Taubira contre la déchéance de nationalité. Utilité nulle, symbolique catastrophique. Vous n’êtes pas loin d’être d’accord. Gérard Larcher: Je pense que son départ était logique. Il aurait dû avoir lieu plus tôt. Je n’ai pas aimé la scénarisation du départ, l’addition du vélo, le livre aujourd’hui… Nos citoyens ont envie que nous, politiques, on se comporte autrement. Maïtena Biraben: [m’est-ce que vous lui reprochez? Gérard Larcher: Le spectacle. Il faut y faire attention. Maïtena Biraben: Vous avez eu des mots très durs à l’égard du président de la République. Lors de la conférence de presse au Sénat, vous avez dit ça. représentation théâtrale. Regardez ce qu’il se passe. La confusion dans laquelle nous sommes. Ça suffit, cette confusion. jours après les attentats. extraordinairement solennel. Gérard Larcher: Sauf que les annonces qui ont été faites ont été faites dans la pulsion, la précipitation….”